Greg

Nom : Regnier
Prénom : Michel
Alias : Greg
Né le : 5 mai 1931
Décédé le : 29 octobre 1999
Nationalité : Belge
Signe : Taureau





Michel Regnier, alias Greg, est né le 5 mai 1931 à Ixelles (Bruxelles). Dès l’école communale, où ses petits camarades ne pensent qu’à castagner leur prochain, il sauve sa peau en racontant des histoires : chaque matin, on l’attend sur le chemin de l’école pour savoir la suite, et il a tout intérêt à se montrer talentueux. Cette vocation, bien qu’un peu forcée au départ, ne le quittera jamais. Par ailleurs, il dessine des "Pieds Nickelés" et des "Tarzans", mais son talent dans ce domaine est moins saisissant et une bonne âme lui conseille d’aller consulter André Franquin. Il aurait pu tomber plus mal ... A chaque visite, Franquin le félicite pour les progrès accomplis, tout en lui suggérant d’améliorer tel ou tel élément du dessin. Récupérant sa page revue et corrigée de bas en haut, Greg hésite entre sauter de joie et se flinguer tout de suite. Pourtant, il progresse tellement que Franquin lui confie des gags de "Modeste et Pompon". (Pour la petite histoire, René Goscinny a créé dans cette série le voisin Dubruit et Greg le voisin Ducrin, lesquels ne se rencontrent jamais : on sait ainsi à qui appartient chaque gag, ce qui facilite la comptabilité ...).

En 1953, sous le pseudonyme de Michel Denys, il crée, pour "Héroïc Album", "Le Chat", une sorte de "Batman" dont il n’est pas spécialement fier, mais qui fait courir les collectionneurs. Un an plus tard , tout en se perfectionnant aux côtés de Franquin, il dessine "Caddy et le temple aux tigres", puis "Corrida" dans le "Journal de Spirou". En 1955, Greg se lance, fondant "Le Journal de Paddy", son propre journal dans lequel il produit "Verveine et le mystère", "Paddy et la chose de Chanterive" et "Ringo" mais malheureusement, confronté à de sordides problèmes pécuniers, le journal ne vivra le temps que de cinq numéros. La même année, il entre à l’agence "International Press", où Goscinny et Albert Uderzo viennent de se faire licencier après avoir demandé une augmentation.

A partir de 1956, pour "La Libre Junior", il reprend "Fifi", à la suite de Victor Hubinon, et "Luc Junior", créé par Uderzo et Goscinny, de 1958 à 1963, dessine "Randy Rifle" en 1956, "Bison et Ouistiti", en 1957 avec René Fouarge, "Fleurette", à partir de 1957, "Bronco et Pepito", de 1957 à 1958 et scénarise "Tiger Joe", à partir de 1958, dessiné par Gérald Forton, puis "Alain et Christine", à partir de 1959, et illustré par Martial. A partir de 1957, il rédige environ 200 pages de "Modeste et Pompon", dessinées par son ami Franquin et publiés dans "Tintin", ainsi que des épisodes de "Chick Bill", du "Club des Peurs de Rien" et de "Mouminet", réalisés par Tibet. Encore avec Franquin, pour le "Journal Spirou", il élabore plusieurs épisodes des aventures de "Spirou et Fantasio", de 1958 à 1961. Tout en continuant son activité de scénariste dans "Tintin", dont il devient le rédacteur en chef, de 1965 à 1974, il travaille avec Maurice Maréchal (quelques récits de "Prudence Petitpas"), Mittéi ("Rouly la Brise" à partir de 1959), Paul Cuvelier ("Corentin et le poignard magique" en 1959, "Flamme d’Argent" de 1960 à 1963, et "Line" de 1963 à 1972), Hermann ("Bernard Prince" à partir de 1966 et "Comanche" à partir de 1969), Eddy Paape ("Luc Orient" à partir de 1967), William Vance ("Bruno Brazil" à partir de 1967 et sous le pseudonyme de Louis Albert), Dany ("Olivier Rameau" à partir de 1968 et Bernard Prince à partir de 1977), Jo-El Azara ("Clifton et les lutins diaboliques" en 1969), Turk et Bob de Groot ("Clifton et le mystère de la voix qui court" en 1970), Claude Auclair ("Les naufragés d’Arroyoka" en 1971), Derib ("Go West" en 1971), Dupa ("Chlorophylle" en 1977), etc. Durant toutes ces années, Greg n’abandonne pas le dessin, loin de là !

Pour "Tintin", il crée "Rock Derby", de 1960 à 1963, "Babiole et Zou", de 1962 à 1966, "Bolivar", en 1962, "Brousaille", de 1962 à 1963 et "Constant Souci" en 1967. En 1963, il reprend la série "Zig et Puce" (et Alfred), créée par Alain Saint-Ogan. Dans "Vaillant", "Pif Gadget", Greg conçoit "les As", une série qu’il anime seul, puis avec son studio de 1963 à 1973. C’est durant cette période, en 1963, qu ’il crée pour "Pilote", l’inénarrable "Achille Talon". En 1969 et 1973, il travaille sur les adaptations en dessins animés de "Tintin et le temple du soleil", puis de "Tintin et le lac aux Requins". En 1975, il accède au poste de directeur littéraire des éditions "Dargaud".

La même année il lance "Achille Talon Magazine", il y aura 6 numéros seulement jusqu’en 1976. A la fin des années 70, il s’établit aux Etats-Unis comme responsable du bureau américain des éditions "Dargaud". De retour en France au milieu des années 80, il scénarise, en 1987 et 1988, les deux premiers épisodes du "Marsupilami", dessinés par Batem et Franquin (aux éditions "Marsu-Productions"). Aux éditions "Dargaud", il reprend "Comanche" en 1990 avec Michel Rouge. L’année suivante, pour le même éditeur, il lance "Colby" en collaboration de Michel Blanc-Dumont. En 1992, il conçoit un nouvel épisode de "Bernard Prince", illustré cette fois par Aidan, et entreprend "Johnny Congo" avec Eddy Paape. En guise de reconnaissance de son art et de son talent , Greg reçoit le "Grand Prix des Arts Graphiques" en 1987, et il est fait "Chevalier des Arts et Lettres" un an plus tard. En 1995, réédition, puis nouveautés de "Zig et Puce" chez "Glénat".

Pour un peu moins de 20 millions de francs belges (3,3 millions de francs français), il vend "Achille Talon" à "Dargaud" : le personnage continuera , mais ce n’est plus lui qui dessine et écrit les dialogues. Il dessine de moins en moins, car son oeil gauche le trahit de plus en plus, et sa santé se détériore. En 1993, il publie chez "Michel Lafont" : "Il pense, donc je suis", recueil d’aphorismes où "Achille Talon" est très présent. Début 1999, "Dargaud" publie "Dialogues sans bulles", où Greg parle de lui et des héros avec Benoît Mouchart, un jeune diplômé de lettres modernes. Sa femme, qu’il "pense avoir rendue heureuse pendant quarante-trois ans", disparaît en 1995. "Quand elle est morte, on m’a enlevé le moteur de ma vie". Les beaux jours semblaient passés pour Greg, qui n’avait plus le moral.

Il s’est éteint le 29 octobre 1999.





Divers


Retrouvez Greg dans "Dialogues sans bulles", un livre d’entretiens passionnants avec le père de Comanche et de Bernard Prince.

Lisez une interview d’Hermann sur son expérience au studio Greg.

Ainsi qu’une autre interview de Greg sur son expérience de rédacteur en chef au Lombard.

Ecoutez Greg parler d’Hermann dans ces deux courts extraits d’une interview réalisée en 1997 :
extrait 1 (©Benoît Mouchart)

extrait 2 (©Benoît Mouchart)
Textes : Patrick Dubuis    -     Website by : creaone.be   -    HermannHuppen.com © Strip Art Features